Leadership avec une intelligence émotionnelle

Leadership-intelligence-emotionnelleUn leader avec une intelligence émotionnelle forte est quelqu’un qui garde son sang-froid, peu importe la situation. C’est aussi quelqu’un qui est digne de confiance, qui parle gentiment, qui écoute le reste de l’équipe, qui est accessible ou qui prend des décisions prudentes et éclairées.

Définition du leadership avec une intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est définie comme la capacité d’une personne à faire preuve d’empathie, à collaborer, à établir des relations et à communiquer efficacement avec les autres.

Elle permet de comprendre et de gérer non seulement ses propres émotions, mais aussi celles des gens autour de soi. Les personnes ayant un haut degré d’intelligence émotionnelle savent exactement ce qu’ils ressentent, ce que cela signifie pour eux et comment cela peut affecter d’autres personnes.

Daniel Goleman (1995) suggère que l’intelligence émotionnelle est l’ingrédient clé dans la capacité d’une personne pour réussir. Une intelligence émotionnelle forte, c’est une passerelle vers le succès. Un leader qui peut rester dans le contrôle lors de situations de haute pression est plus susceptible de réussir que quelqu’un qui crie sur son équipe à la moindre émotion.

Quelle est l’utilité de l’intelligence émotionnelle dans le leadership ?

L’intelligence émotionnelle des dirigeants est intégrée dans leurs pratiques de leadership. Elle permet au manager de saisir intuitivement ce que les autres ont besoin et ils élaborent des stratégies pour l’accomplissement de ces besoins et de ces désirs.

La relation interpersonnelle est une composante essentielle de l’intelligence émotionnelle. Elle est positivement liée avec la façon de modéliser son leadership en permettant aux autres d’agir. par contre, une relation négative s’observe lorsqu’il y a contestation du processus du leadership. Les individus sont capables de s’enthousiasmer avec les autres ou de faire sentir leur prudence et leur méfiance, ce qui véhicule leur influence sociale.

Quand les dirigeants connaissent et savent gérer leurs émotions, ils sont mieux en mesure d’aborder les problèmes avec souplesse, d’envisager des alternatives possibles et d’éviter les effets de rigidité dans la prise de décision. l’intelligence émotionnelle peut contribuer à un leadership efficace grâce à une flexibilité accrue. En outre, la pensée souple découlant de l’intelligence émotionnelle voit des liens se créer entre des informations divergentes, et elle peut donc aider les dirigeants à voir comment les problèmes ont un intérêt ou non pour l’efficacité de l’organisation.

Un leader avec une intelligence émotionnelle est socialement conscient de ses compétences interpersonnelles pour écouter et répondre de manière appropriée à un employé. La maîtrise de soi, la conscience organisationnelle, la vigilance aux nouvelles opportunités, la curiosité épistémique, ou l’empathie, sont favorables à la performance d’une organisation. A contrario, un défaut d’intelligence émotionnelle provoque souvent un leadership toxique.

Les compétences d’intelligence émotionnelle améliorent la capacité des leaders à créer des opportunités pour leurs pairs, pour les employés et pour leurs clients grâce à la conscience de soi et à l’autorégulation.

Une étude a été réalisée par David Chan, en 2007, auprès de 498 étudiants chinois à Hong Kong. Cette recherche examina les composantes des compétences en leadership à partir de deux tests, celui de l’intelligence émotionnelle et celui de l’intelligence logique . Les étudiants se sont eux-mêmes évalués significativement plus fortement dans l’accomplissement d’un objectif plutôt que sur la flexibilité du leadership. ils se sont aussi notés plus nettement sur le critère du leadership d’auto-efficacité. Ces personnes perçoivent donc davantage les efforts accomplis pour leurs compétences sociales et pour l’utilisation des émotions et à leurs capacités pratiques, par opposition à leurs capacités analytiques et créatives. On en déduit donc que les compétences appliquées et pragmatiques, les connaissances tacites et la capacité de gérer et de réguler ses émotions sont très importantes dans le leadership.

Cette approche du leadership avec une intelligence émotionnelle devrait aider les organisations à regarder et à se préparer dans l’avenir de façon plus efficace. Elles devront avoir une meilleure spécification de leurs dirigeants. Les cadres qui prendront le plus d’importance dans une communication émotionnellement intelligente, auront un avantage concurrentiel important dans le leadership d’animation et de facilitation au sein de leur organisation.

Références bibliographiques

  • 1995, Daniel Goleman, « Emotional Intelligence », New York: Bantam Books
  • 1997, R. K. Cooper, A. Sawaf, « Executive EQ: Emotional intelligence in leadership and organizations », New York: Grosset/Putnam
  • 1999, L. E. Megerian, J. J. Sosik, « Understanding leader emotional intelligence and performance », Group & Organization Management, 24 (3), pp367-390
  • 2000,
    • Julian Barling, F. Slater, E. K. Kelloway, « Transformational leadership and emotional intelligence: An exploratory study », Leadership & Organization Development Journal, 21(3), pp157-161
    • J. M. George, « Emotions and Leadership: The role of emotional intelligence », Human Relations, 53(8), pp1027-1055
  • 2002,
    • D. R. Caruso. J. D. Mayer, P. Salovey, « Emotional intelligence and emotional leadership », In: R. E. Riggio, S. E. Murphy, F. J. Pirozzolo, dir., « Multiple intelligence and leadership », Mahwah, NJ. Erlabum, pp55-73
    • V. U. Druskat, A. T.  Pescosolido, S. B. Wolff, « Emotional intelligence as the basis of leadership emergence in self-managing teams », The Leadership Quarterly, Vol 13, pp505-522
    • G. C. Fekken, N. Sivanathan, « Emotional intelligence and Transformational leadership », Leadership and Organization Development Journal, Vol 23, pp198-204
    • L. Gardner, C. Stough, « Examing the relationship between leadership and emotional intelligence in senior level managers », Leadership and Organization Development Journal, Vol 23, pp68-78
  • 2003,
    • P. Aitken, M. Higgs, « An exploration of the relationship between emotional intelligence and leadership practices », Journal Of Managerial Psychology, Vol 18, pp814-823
  • 2005,
    • R. David, C. Joseph, « Emotional intelligence and its relationship to workplace performance outcomes of leadership effectiveness », Leadership & Organization Development Journal, Vol 26, n°5, pp388–399
    • C. Dulewicz, M. Young, V. Dulewicz, « The relevance of emotional intelligence for leadership performance », The Journal of General Management, 30 (3), pp71-86
  • 2006,
    • J. E. Barbuto. M. E. Burbach, « The emotional intelligence of transformational leaders: A field of elected officers », The Journal Social of Psychology, 146(1), pp51-64
    • Melvin L. Smith, « Emotional Intelligence, Leader-Member Exchange and Individual Contributions to Organizational Social Capital », In: [[George B. Graen]], Joni A. Graen, dir., « Sharing network leadership », LMX leadership: The series, Vol 4, Greenwich, CT: Information Age Publishing
  • 2007, David W. Chan, « Leadership Competencies among Chinese Gifted Students in Hong Kong: « The Connection with Emotional Intelligence and Successful Intelligence » », Roeper Review, Vol 29, n°3, pp183-189
  • 2009, Bénédicte Gendron et Louise Lafortune, « Leadership et compétences émotionnelles dans l’accompagnement au changement », Québec, Presses de l’Université du Québec
  • 2010,
    • R. Anand, « Emotional Intelligence and Its Relationship with Leadership Practices« , International Journal of Business and Management, february, Vol 5, n°2, pp65-76
    • C. Chan, J. Mallett, « Enhancing sport leadership through development of emotional intelligence competencies », Journal of Science and Medicine in Sport, Vol 12, n°2, January, pp110-111
    • N. Clarke, « Emotional intelligence and its relationship to transformational leadership and key project manager competences ». Project Management Journal, 41 (2), pp5-20
    • Darwin B. Nelson, Hui‐Wen Vivian Tang, Mu‐Shang Yin, « The relationship between emotional intelligence and leadership practices: A cross‐cultural study of academic leaders in Taiwan and the USA », Journal of Managerial Psychology, Vol 25, n°8, pp899-926
  • 2015, V. Nirmala Kumari, G. Srikanth, « Relationship between Emotional Intelligence and Leadership », IRJBM, Vol 8, n°8, June