Abraham Zaleznik

Abraham-ZeleznikAbraham Zaleznik (1924-2011) était un chercheur et enseignant reconnu dans le domaine de la psychodynamique organisationnelle et du leadership. Au moment de sa mort, il était professeur émérite à la Harvard Business School où il enseignait depuis quatre décennies. Il a remis en cause les approches classiques dominantes de type behavioriste,  dans l’enseignement du management où les comportements des individus sont appréhendés de façon trop mécanique et sur la base des seuls comportements observables.

Il fut titulaire d’un MBA et d’un doctorat de la Harvard Business School, où il enseigna dès 1947.  Dans les années 1960, Abraham Zaleznik étudia à la Boston Psychoanalytic Society and Institute. En 1971, il fut certifié comme psychanalyste clinique, une réalisation rare à un moment où la plupart des instituts psychanalytiques formaient uniquement des médecins. Il a reçu des patients dans une clinique privée psychanalytique pendant 20 ans. En 1981, il a rencontré Konosuke Matsushita, le fondateur de Matsushita Electric Industrial Company, lors d’un voyage au Japon. Ce dernier créa une chaire de management à la Harvard Business School, que Zaleznik occupa jusqu’à sa retraite.

L’approche psychanalytique du leadership

Abraham Zaleznik fut parmi les fondateurs, avec Harry Levinson, d’une école de pensée qui a intégré les études du leadership avec une approche psychanalytique dans les organisations.  Il a publié un article intitulé « Les managers et les leaders : sont-ils différents? », un thème qu’il continua d’explorer tout au long de sa carrière universitaire.  Pour lui, les leaders sont des visionnaires provoquant ruptures et changements, les managers sont, au contraire, des hommes de compromis, favorisant les processus et l’exécution de plans.

Il fut critique de ce qu’il appelait « l’orientation managériale » qui poussait les dirigeants des grandes entreprises et les cadres à se concentrer sur le processus, plutôt que sur le fond de leur travail. Il prolongea son article avec un livre important, publié en 1989, « La Mystique managériale : Redécouvrir le leadership dans les affaires ». Il explique le déclin des entreprises américaines par la montée en puissance des managers au détriment des leaders. Abraham Zaleznik reprochait notamment aux managers d’être faiblement orientés vers un leadership créatif.

Abraham Zaleznik fut profondément influencé par la « psychologie de l’ego ». Dans cette école de pensée, le caractère émerge des compromis qu’une personne fait entre les exigences de la réalité et ses pulsions et ses désirs. Ce point de vue l’amena à mettre en doute toute idéalisation du « leadership » et à voir les leaders comme des personnes qui, par des conflits et des luttes psychologiques, ont trouvé un moyen d’exprimer leurs passions dans un contexte de choix difficiles où leurs ressources sont limitées. Cela signifiait bien que chaque leader a ses propres limites importantes. Ce point de vue a conduit Zaleznik à être sceptique sur la tradition du développement de l’organisation qui souligne comment les dirigeants peuvent faciliter le potentiel humain des employés. Il était également sceptique que le « leadership participatif » puisse résoudre les dilemmes inhérents au commandement et au contrôle dans les organisations.

Les leaders naissent toujours au moins deux fois 

Abraham Zaleznik souligna que c’est surtout le caractère qui façonne la façon dont les leaders occupent leur rôle et qu’ils agissent en fonction des obstacles rencontrés. Son ouvrage d’étude de cas : « Apprendre le leadership : Cas et commentaires sur l’abus de pouvoir dans les organisations », est basé sur de nombreux essais biographiques d’entrepreneurs célèbres tels qu’Andrew Carnegie, Henry Ford, Coco Chanel ou Jimmy Hoffa. Dans son article classique « Le management de la déception », il soutient que les leaders naissent deux fois, la deuxième naissance, est la résilience d’une grande déception dans sa carrière professionnelle.

La typologie des subordonnés selon Abraham Zaleznik

Le Professeur de management à Harvard, Abraham Zaleznik, a décrit, en 1965, un modèle des suiveurs dans une perspective freudienne, en se basant sur les deux dimensions de la soumission par rapport à la domination et l’autre axe orienté vers l’activité plutôt que la passivité. Les suiveurs contrôleurs désirent contrôler leurs supérieurs, tandis que les suiveurs dociles veulent qu’on leur dise quoi faire. Les suiveurs actifs initient et s’investissent dans leur travail tandis que les passifs « s’assoient » et laissent les choses arriver.

Zaleznik01

* Les suiveurs impulsifs sont souvent rebelles. Ils essaient de tout diriger tout en étant dirigés. Ils sont parfois spontanés et courageux.
* Les suiveurs compulsifs veulent dominer leurs dirigeants, mais ils se retiennent. En général, ils se sentent coupables de leurs tendances compulsives.
* Les suiveurs masochistes se soumettent au contrôle de la figure d’autorité, même s’ils ressentent un malaise à le faire. De cette façon, ils acquièrent le plaisir d’être dominés.
* Les suiveurs en retrait ne préoccupent peu ou pas du tout de ce qui se passe au travail et, par conséquent, ils participent peu aux activités du travail en dehors du fait d’assurer le minimum nécessaire pour conserver leur emploi.

Publications 

Abraham Zaleznik, R. Hodgson, D. Levinson, 1964, « The Executive Role Constellation; An Analysis of Personality and Role Relations in Management », Boston: Harvard University

Abraham Zaleznik, 1965, « The Dynamics of Subordinacy », Harvard Business Review, May-June

Abraham Zaleznik, 1966, « Human Dilemmas of Leadership », Harper & Row

Abraham Zaleznik, 1967, « The Management of Disappointment », Harvard Business Review, Nov-Dec

Abraham Zaleznik, M. Kets de Vries, 1975, « Power and the Corporate Mind », Boston: Houghton Mifflin

Abraham Zaleznik, 1977, « Managers and Leaders: Are They Different? », Harvard Business Review, vol 55,  n° 5,  May–June, pp67-78

  • Repris en 1992, Harvard Business Review, March-April, pp126-135

Abraham Zaleznik, 1983, « The leadership gap », Washington Quarterly, Vol 6, pp32-39

Abraham Zaleznik, 1989, « The Managerial Mystique: Restoring Leadership in Business », New York: Harper & Row

Abraham Zaleznik, 1990, « Executive’s Guide to Motivating People: How Freudian Theory Can Turn Good Executives into Better Leaders », Bonus Book

Abraham Zaleznik, 1993, « Learning Leadership: Cases and Commentaries on Abuses of Power in Organizations », Chicago, Ill. : Bonus Books

Abraham Zaleznik, 2008, « Hedgehogs and Foxes : Character, Leadership, and Command in Organizations », New York: Palgrave Macmillan

Abraham Zaleznik, 2009, « Executive’s guide to understanding people: How Freudian Theory can turn Good Executives into Better Leaders », New York: Palgrave Macmillan